COLOMBIE

LA FRONTIERE

Cette frontière est un peu particulière car on ne peut pas la passer en bus. Celui-ci nous dépose à quelques kilomètres. De là taxi jusqu’à la frontière côté Equatorien. Nous avions lu sur plusieurs blogs que cette frontière faisait partie des plus simples à passe.Et bien plus maintenant ! En effet avec l’afflue constant des réfugiés Vénézuéliens, cette frontière est devenue une plaie. La queue semble interminable et piétiner avec nos sacs n’arrange rien. Bref 2h plus tard nous voilà sorti du pays.

20180112_180728300m plus loin la Colombie : rebelote !! 2h

20180112_173112Il fait nuit nous sautons dans un taxi direction Ipiales à une dizaine de kilomètres.

Capture d’écran 2018-01-25 à 21.38.36.png

IPIALES

Nous arrivons dans une ville fantôme. Il est 22h30 et nous n’avons qu’une idée en tête : arriver au plus vite dans notre hôtel.

Au réveil le constat est totalement opposé. La ville grouille de vie. Il y bien quelques places avec des églises mais sans grands intérêt.

En revanche à moins de 10min se trouve une perle : Las Lajas, considérée comme une des merveilles du monde moderne.

DSCF0351

Cette cathédrale semble défier les lois de la gravité. Construite entre 1916 et 1949, on peut dire qu’il on prit leur temps mais ce sanctuaire reste un lieu de pèlerinage sur fond de miracle.

Nous remontons en téléphérique.

Inutile de s’attarder ici, direction Popayán en bus bien sur.

POPAYAN

Surnommer la ville blanche, cette ville au style coloniale s’articule autour de sa place centrale.

DSCF0408.jpg

Il y a bien quelques attractions touristiques comme le puente de humilladero, la cathédrale et la Torre de reloj ou bien encore le musée Guillermo León Valencia.

DSCF0516

Durant notre visite de ce musée nous découvrons une exposition d’orchidées l’occasion de faire quelques photos.

Nous sommes dans la demeure de Guillermo Léon Valencia homme de lettres/politique dont la famille reste influente dans le pays puisque son fils est devenu président.

DSCF0448

CALI

Bon soyons clair : c’est moche.

A peine arriver et déjà rattraper par la pluie, enfin plutôt le déluge ! Cela n’arrange rien.

Solution : trouver un bon restaurant pour faire passer le temps. C’est chose faite dans un resto français. Cela nous a fait traverser la ville mais ne nous a pas donné l’envie de rester plus longtemps ici.

Le lendemain la pluie ne cesse toujours pas. Aucun regret nous partons direction Armenia dans la région de production du café.

ARMENIA

Nous pensions que Cali était moche mais Armenia c’est pire.

Pas de problème puisque ici le spectacle se trouve autour de la ville dans les fermes productrices de café.

Nous décidons de nous rendre à RECUCA. 30 min de taxi plus tard nous y voilà.

C’est parti pour un tour de 3h de la graine à la tasse de café. Plus aucun secret sur la culture du café ne nous échappe désormais.

BOGOTA

Ville tentaculaire de 10millions de personnes le premier choix reste celui du quartier.

Deux sortes du lot. La Candelaria et Chapinero. Si le premier est celui affectionne par les touristes avec son centre historique et ses musées le second est plus axé sur la fête. Nous choisirons donc celui la ! Oui mais il y a Chapinero et Chapinero Alto. Petite nuance grande différence. C’est animé !!!

A peine arrivé et déjà nous sommes pris en main. Demain déjeuner prévu à Bojaca (une heure de voiture) chez un ami Rocheux de mon cher Papa et le soir fiesta avec Rafa un pote Dj, ca promet !

Nous sommes accueillis comme des rois chez Luis-Martin à Bojaca dans sa propriété enchanteresse. C’est un déjeuner Francophone (une chance !) et ce fut très instructif sur la Colombie.

La balade digestive nous permet de découvrir le parc et la partie exploitation de fleur.

A peine le temps de profiter d’un feu de cheminée et déjà nous sommes en retard.

Ce soir c’est mon anniversaire et une petite fête nous attend à Bogota !

Nous retrouvons Rafa chez lui le temps d’un apéro puis c’est parti direction la Zona T.

Deux rues forment un T et une grande partie des bars et boites de nuit sont regroupé dans cette zone.

Les bars s’enchainent jusqu’à une boite de nuit ouverte avec des terrasses arborées. Les gens sont ultra looké et la musique électro d’une grande qualité. Tout le monde danse et se parle. On discu-danse quoi !

On nous propose un after mais nous serrons sage et rentrons dans notre AirBnB.

Nous décidons de changer de quartier pour nous rendre cette fois si dans la Candelaria.

L’occasion de faire le tour des musées de la ville.

 

MEDELLIN

DSCF1765

Nous décidons de suivre un circuit « touristiques » à pied pour découvrir les joyaux de la ville. Normalement nous optons pour la solution Free walking tour mais cette fois si ayant l’itinéraire nous partons seuls. Enfin pas pour longtemps puisque nous sommes rattrapés par différents groupes avec guides.

Depuis notre arrivée en Colombie (et même avant) toutes les personnes que nous avons croisées étaient unanimes : Medellin est la plus belle ville de Colombie. Ce discours nous a mis a l’évidence mis en porte à faux. A trop en attendre, la déception guette ! C’est une métropole… BASTA. Plus ou moins joli que les autres cela reste une question de gout. Pour Pandora c’est LA déception (un peu comme Buenos Aires qu’elle avait idéalisée). Perso j’attends de voir…

Que faire ici ?

Le Parque Arvi

Ce n’est pas la première fois que nous en entendons parler. Allons y. Direction le métro (très moderne) jusqu’au téléphérique puis au second téléphérique. L’occasion de prendre de la hauteur et prendre conscience de l’étendue de la ville. La seconde ligne nous permet de survoler les prémisses de la foret qui constitue le parc.

Une fois en haut plusieurs options. La partie archéologique ou balade (plus ou loin longue)

Nous choisirons l’option offensive !

Guatape

Situé a 2h de Medellin, ce village est une petite merveille. En arrivant un monolithe noir se dresse devant nous. Une petite ascension (600 marches) est nécessaire pour découvrir le spectacle. Une multitude de criques et bassins artificiels. Les Colombiens aiment s’y relaxer en profitant des nombreuses activités nautiques.

Laureles

Notre hôtel touche le quartier de Laureles. Enfin sur une carte ! Concrètement nous sommes sur le périf. Mais quelques pas, un quartier cosi avec des rues en fleurs des immeubles pas trop laids et des places avec restos en vogue.

Poblado

Connus pour sa nuit et ses bars nous découvrons ce quartier grace à Anais et Lennart qui nous rejoignent ici en revenant de Palomino.

CARTHAGENE

C’est sans hésiter notre coup de cœur.

Installé à 5min a pied du centre historique dans le quartier de Getsemani, considéré autrefois comme malfamé, ce quartier est en vogue. Animation garantit dans les rues et petites places avec des terrasses. C’est le quartier street art de Carthagène avec ses fresques à chaque coin de rue.

Se balader dans les rues de la veille ville (fortifiée) avec ses couleurs vives et son style colonial est un pur bonheur.

Beaucoup reproche à Carthagène la masse de touristes et les dérives que cela génère (drogue/prostitution). Cela existe certainement mais nous nous sommes baladé partout sans en avoir été témoin.

Il fait bon vivre à Carthagène même si la chaleur est épouvantable entre 11h et 16h (et nous sommes en hiver donc il y a de l’air !).

Journée Plage a Playa Blanca :

A bientôt la belle Carthagène

SANTA MARTA

C’est une sorte de petite Carthagène en moins beau. Nous ne passerons qu’une nuit ici avant de rejoindre Taganga.

Le quartier de la vieille ville récemment réhabilité offre pléthore de bars et de restaurants.

TAGANGA

Petit village de pêcheurs a moins de 20min de Santa Marta. Un français partant à la retraite vend son hôtel qui est numéro 1 sur TripAdvisor. Nous décidons de passer 2 jours chez lui.

SIERRA NEVADA

Notre hostel est perdu au milieu de la foret. Heureusement les activités sont nombreuses : Cascades/trek /exploitation de café et de cacao.

PALOMINO

C’est un village au bord de l’eau et aux accents Hippies. Rue en sable et rythme a la cool. Notre hôtel est sur la rue principal autour de laquelle tout s’articule. Tenu par un français « Fred » qui sait nous mettre a l’aise immédiatement.

La plage qui s’étend sur plus de 6km n’est pas la plus belle du monde et la baignade reste proscrite. Courants très forts et vagues pour surfer.

Petit détail : Il n’y a pas de « crache tune » ou ATM. Donc il faut rejoindre la prochaine ville pour aller tirer de l’argent. 1 heure A/R.

Bien sur cela ne serait pas un problème si les établissements prenaient les CB mais personne ici n’accepte ce mode de paiement !

BARRANQUILLA

DSCF3752

4eme ville de la Colombie qui connaît la meilleure expansion économique. Nous nous attendions au pire.

C’est ici que se déroule le 3eme plus grand Caranaval au monde. Nous arrivons la veille des festivités pour la traditionnelle élection de la reine.

 

 

 

 

 

Publicités

Equateur

Ayant écourté la Bolivie, la décision de se rendre en Equateur a vite été prise et nous en sommes ravis.

Nous avons été très étonné ce petit pays que l’on avait imaginé très différemment.

GUAYAQUIL

1er stop Guayaquil, après de nombreuses heures de bus (encore) Nous arrivons très tôt, l’occasion de se balader dans les rues, quasiment seuls, sans trop souffrir de la chaleur écrasante de la ville.

Nous longeons le Malecon, l’équivalent de la promenade des Anglais niçoise, avec sa vue sublime sur le fleuve Guayas, ses nombreux restaurants, ses attractions diverses et sa grande roue (la plus haute d’Amérique du sud) dans laquelle je ferai preuve de beaucoup de courage …. !  🙂

L’autre attraction à Guayaquil c’est le phare et ses 500 marches (après le Sri Lanka et ses 6000 marches nous les montons quasiment en courant !) Pour atteindre le phare et l’église de la colline Santa Anna. Une bonne mise en jambe pour commencer la journée.

 

 

 

 

La seule ville où l’on trouve un square rempli d’iguane

 

 

QUITO

Le prix des vols étant très bas en Équateur nous prenons un avion direction Quito, quel bonheur de délaisser le bus. Bon j’ai fait une petite bourde qui nous a fait perdre une cinquantaine d’euros. J’ai pris un billet pour le 09 mai et non le 09 janvier, bien entendu sans assurance, la boulette ! Heureusement Nico ne m en veut pas car on s’en est rendu compte à temps ! Je n’aurai pas trop aimé voir sa tête, arrivé à l’aéroport, sans avion….

Nous trouvons un petit hôtel charmant, un peu en dehors de l’agitation de la ville et où, oh surprise Angelina Jolie a séjourné (J’aime Angelina c’est ma copine !) Voilà on peut refermer ce moment Fan De.

Quito c’est beaucoup d’églises et beaucoup de rues en pentes montantes, fatiguant !

Nous testerons un escape-game en 4D, je ne m’étendrais pas sur le sujet, car nous neurones n’ont pas brillés.

Un tour de funiculaire qui en valait la peine, la vue sur Quito est très jolie, un tour de Kart pour faire plaisir à mon amoureux une journée bien remplie.

 

 

 

 

LE MILIEU DU MONDE

Le lendemain nous retrouvons notre ami Philippe rencontré dans un bus entre le Chili et la Bolivie. Entre-temps il a fait un stop en France pour les fêtes, l’occasion de revenir avec plein de surprises dans son sac dont du saucisson ! On revit !!!!!

Nous décidons de partir tous les 3 pour le centre du monde ! Une superbe expérience (encore 1). Pour 10 euros, une agence vous emmène à la latitude/longitude 0’00’00.

Une dont l’info sort tout droit du GPS et la seconde calculée par les mayas grâce au soleil ??? A seulement 200 mètres, c’est super précis quand même !

L’occasion d’apprendre des choses et de participer à diverses expériences amusantes. Essayer de marcher droit sur la ligne, faire tenir un oeuf sur un clou, se rendre compte que notre force n’est pas du tout la même au point 0’00’00 il faut le voir pour le croire… bref une journée très agréable sous le soleil.

 

Expérience de l’effet coriolis à quelques mètres d’écart :

Hémisphère Sud

 

https://videopress.com/embed/QQ0KlVgF?hd=0&autoPlay=0&permalink=0&loop=0

Hémisphère Nord

 

https://videopress.com/embed/o8z0AqzU?hd=0&autoPlay=0&permalink=0&loop=0

Sur l’équateur :

 

https://videopress.com/embed/I81xQsTL?hd=0&autoPlay=0&permalink=0&loop=0

 

L’équateur c’est la bonne surprise, on ne s’attendait pas du tout à ça. Nous apprendrons par un taxi qu’à  Guayaquil on peut se faire tuer pour un portable, nous sommes étonnés car nous n’avons pas ressenti de danger. Cependant nous étions étonnés de voir autant de policier.

PEROU

CUSCO

Après la Bolivie direction le Pérou et nous sommes ravis ! L’ambiance y est radicalement différente, et les gens très agréables. Nous posons nos valises à Cusco, point de départ du Machu Pichu et de nombreux trecks. Nous optons pour un airbnb; très heureux de pourvoir enfin poser nos valises, faire des machines à laver (un vrai casse tête pendant notre voyage) et bien sûr cuisiner.

Cusco c’est une ville touristique mais néanmoins très charmante. Il est vrai que l’on ne peut pas faire 3 pas sans se voir proposer un massage, un restaurant ou une excursion mais la ville en elle-même est tellement chargée d histoire (maya) que filament on prend ça avec le sourire.

Au programme visite de la ville, des marchés bien entendu, et repos. Enfin !

 

Le marche

 

Balade dans la ville

DSCF8532

Musee du Pisco

 

Chamman lisant dans les feuilles de coca

 

Petite procession

 

 

https://videopress.com/embed/yEabjoRa?hd=0&autoPlay=0&permalink=0&loop=0

 

MACCHU PICCHU

Le 23 décembre direction le Machu Pichu, un des sites que l’on attend le plus depuis notre départ, et nous ne serons pas déçus.

Après avoir étudié toutes les manières possibles de le rejoindre, nous optons pour le train. En effet le MP se trouve à environ 3h de voiture pour atteindre la ville d’Ollantaytambo + 2 heures de train pour Agua Caliente …… et enfin 30 min de route sinueuse en mini bus, pour atteindre les portes du MP, il est possible de le rejoindre en faisant un treck de 2-3 ou 4 jours. Mais comme je l’ai dit le mot d’ordre était « repos », après 3 mois de voyage en avion, bus, et avec des sacs de plus en plus lourds, on est vraiment fatigués. Dormir dehors et marcher + de 8h par jour nous paraît insurmontable !

Nous choisissons donc l’option taxi + train. Après avoir comparé les deux compagnies nous optons pour Peru-rail !

Au programme déjeuner et dîner (au retour) à bord + musique dans la voiture-bar, une superbe expérience pour débuter cette magnifique journée.

Ollantaytambo

 

Notre Train  : INCARAIL

DSCF8640.jpg

 

 

https://videopress.com/embed/MKlvaC9h?hd=0&autoPlay=0&permalink=0&loop=0

 

Aguas Calientes

DSCF87842017-12-28-PHOTO-00002074.jpg

La Claque!

1ere surprise le Macchu c’est sportif ! On s attendait pas a grimper autant mais le jeu en vaut la chandelle. Difficile de décrire un site si connu a travers les photos et autre reportage déjà fait sue le sujet. Nous sommes subjugué par la beauté du lieu, intrigué par la construction (crée en …… , au sommet du monde) quel exploit ! Le lieu est paisible, il n’y a pas trop de monde, on se rend compte à quel point nous sommes chanceux de voir ça au moins une fois dans notre vie, tout le monde devrait pouvoir voir le Macchu Picchu au moins une fois.

DSCF8897

Porte du soleil

 

IMG_8511

Maison du gardien

 

Pont des Incas

 

Le Village

 

 

WINICUNCA : La montagne arc-en-ciel

C’est le 25 ! Joyeux noël ! Pour nous ça sera pâtes à la sauce tomate (snif) nous avons un treck de prévu très tôt, départ à 03h30 du matin pour rejoindre la montagne aux 7 couleurs.

Après 2h30 de marche nous arrivons au sommet (ça nous a semblé très facile…Après avoir grimpé le volcan à Pucon, 2h30 de treck c’est du pipi de chat !)

Sur la route nous croisons Mads Mickelsen (le méchant de casino royal dans James bond et bien d autres films). Nous en profitons pour faire une petite photo souvenir.

2017-12-28-PHOTO-00002073.jpg

 

 

 

 

2017-12-28-PHOTO-00002069.jpg

 

LIMA

LIMA c’est le bonheur, enfin tout dépend d’où on place le bonheur mais là après 3 mois de voyage, recevoir une notification Uber et Uber eats c’est revenir à la civilisation. Ici tout est simple, une grande et belle ville avec tous les services pour vous faciliter la vie ! De bons resto, des boutiques, la belle vie !

Nous visitons le musée de Mario Testino, le MATE, très sympa pour ceux qui connaissent l’artiste.

Le musée d’art précolombien et son fabuleux restaurant, dans le jardin (oui manger est devenu une obsession)

Coup de coeur pour le quartier de Barranco très jolie, ou la vie ressemble à un moment de douceur.

Jour de l’an avec nos copains Français rencontré au sommet de la montagne aux 7 couleurs, Dimitri et Benoît ! Petit apéro a l hôtel, puis direction Barranco pour assister aux feux d artifices et boire des coups !

La place principale

DSCF9175DSCF9182

 

Quartier de Barrango

DSCF9158DSCF9159DSCF9160

Musée MATE

 

 

Les Plages

 

Le jardin des amoureux

DSCF9391

Musee des arts pré-colombiens

 

La partie plus érotique

 

 

TUMBES-ZORRITOS

Après quelques heures de bus, nous voilà arrivé à Tumbes dans le nord du Perou, enfin un peu de mer et de soleil ….

Prendre la route du Pérou traversée des paysages extraordinaires, rencontrer des gens fabuleux et se perdre dans des paysages sortie tout droit de nos rêves les plus fous, voilà l’image qu’ on gardera du Pérou !

C’est sur nous y retourneront, au moins pour survoler les lignes de Nazca sur lesquelles malheureusement nous avons dû faire une croix.

 

ATACAMA – UYUNI – LA PAZ -COPPACABANA

SAN PEDRO DE ATACAMA

DSCF6213
La rue principale de San Pedro

On change d’ambiance. Route de sable, mur en terre et Backpacker à tous les coins de rues. Ca sent la fête … Ici tous les bars mettent la musique a fond. Les deux heures de retard de notre bus nous oblige à remettre au lendemain la recherche d’une agence pour profiter des excursions locales ainsi que notre trajet vers Uyuni en Bolivie.

Trouver la bonne agence ici relève des 12 travaux d’Astérix ! Plus de 140 agences dans un village qui comptent que quelques rues. Evidement Google est indispensable mais aussi la rencontre faite dans le bus avec un compatriote, Philippe qui a porté son choix sur une agence en particulier.

Avant de s’y mettre il est l’heure du petit déj. Les agences ouvrent à 8h, cela nous laisse plus d’une heure.

LA bonne surprise : une vrai boulangerie française !!! Pains aux chocolats, croissants, baguette et vraiment aussi bon qu’une bonne boulangerie à Paris. Le rêve

Avec tout ce réconfort nous partons conquérants à la recherche de notre future agence.

L’une est horriblement chère, l’autre ne nous semble pas fiable la troisième semble pro mais ne propose pas le voyage vers la Bolivie. Apres quatre autres agences dites sérieuses, nous ne désespérons pas mais ca commence à bien faire cette histoire, aucune ne nous satisfait. Puis finalement nous décidons de faire confiance à Philippe. Soulagement cette agence répond à tous nos critères. Enfin !

Donc 3 excursions autour de San Pedro de Atacama dont Laguanas Cejar, Vallée de la lune et les geysers ainsi que trois jours de 4×4 pour rejoindre Uyuni en Bolivie.

Lagunas Cejar

Départ a 16h30 de l’agence pour 1h30 de mini bus pour rejoindre les lagunes Thermales. Nous sommes une petite dizaine dont Philippe. L’ambiance est bonne et notre guide-chauffeur sympathique.

Une demi heure de marche a travers différentes lagunas dans un paysage désertique nous mène a cette piscine naturelle ou la concentration en sel (plus importante que dans la mer noir) nous permet de flotter presque au dessus l’eau !

DSCF6316IMG_8517

On en ressort blanc de sel. Une douche et nous voilà reparti. Apres une pause rapide dans un lieu hors circuit pour quelques photos nous nous dirigeons vers le bout de la vallée de la lune pour un apéro coucher de soleil.

DSCF6346

Geysers 

Départ a 5h du matin. Le bus doit venir nous récupérer devant notre Hostal. 5h20 enfin le voilà. Déjà ce n’est pas la même catégorie de bus que a veille, nous sommes une grosse vingtaine et c’est le logo d’une autre agence sur le bus.

Le départ se fait aux aurores car la différence de température entre l’air et les geysers les rendent bien plus impressionnant.

Nous sommes en retard sur le planning mais rien d’alarmant. Nous sommes à 1H de l’arrivée lorsque soudain… Accident. La rotule direction lâche dans un virage. Le chauffeur pile, mais nous nous retrouvons dans une situation précaire. Le bus est en équilibre entre la route et le vide avec des mouvements de bascules inquiétants.

Heureusement d’autres bus et voitures s’arrêtent pour nous venir en aide. En joignant leurs forces ils arrivent a plaquer le bus sur la piste. Il est temps d’évacuer mais la porte latérale est cassée ! Nous devons sortir, en enjambant la banquète, un par un par la porte avant droite.

IMG_8516DSCF6650

Grosse frayeur, mauvais réveil, colère puis rire nerveux car personne n’est blessé.

DSCF6670DSCF6698

Par chance c’est arrivé à moins de 100m du village où nous devions prendre un petit dej après la visite. Changement de prog nous marchons pour aller nous restaurer et discuter de la suite de notre journée. L’agence doit nous envoyer un nouveau bus. 2h de perdu. Certains ne peuvent pas attendre et doivent annuler mais après un vote la majorité décide de continuer.

Valle de la Lune

Suite à notre mésaventure de ce matin nous appréhendons.

Départ vers 15h30 de l’agence. Qui d’ailleurs n’était pas informé de l’accident !!!

Que nous réserve cette excursion ? La réponse est simple : L’angoisse du tourisme de masse !

Toutes les agences se retrouvent à la même heure pour la visite de cette vallée jusqu’au couché du soleil.

Alors oui c’est magnifique mais vraiment l’impression d’être un mouton gâche la visite.

Toutes les agences sou traitent dés lors qu’elles n’ont pas suffisamment de clients pour leurs bus. Donc on ne sait jamais vraiment à qui on aura à faire.

Conclusion il vaut mieux louer un 4×4 pour être à contre courant et profiter au maximum des différentes excursions autour de San Pedro de Atacama.

BOLIVIE

Apres nos mésaventures nous ne savons plus sur quel pied danser.

1h de trajet vers la frontière où déjà nous faisons connaissance avec les quatre autres touristes avec qui nous allons partager le 4×4 pendant les trois jours à suivre jusqu’à Uyuni.

LA FRONTIERE

DSCF7417

Nous avons un programme chargé pour rejoindre Uyuni.

Détail en photos:

Laguna Blanca

Laguna Verde

Les Thermes

Pause dej

Laguna colorada

Villa del mar : Première nuit

DSCF7689

Piedras

Geysers

Laguna negra

Canyon de l’anaconda

Village fantôme

Hôtel de sel

Lever du soleil sur l’ile au cactus

Traversée du Salar

Visite du premier Hôtel de sel

Cimetière de train

UYUNI 

LA PAZ

DSCF8328

Nous atterrissons vers 21h30. Déjà le trajet en taxi vers notre hôtel nous met dans l’ambiance. Une autre voiture se colle à nous et le conducteur fait un signe très clair. Je vais vous tuer ou plutôt notre chauffeur. Notre chauffeur accélère et tente le semer. C’est chose faite après 15 minutes de frayeurs.

Pas de préjugés nous verrons bien ce que nous réserve cette ville dés le lendemain.

Et bien le sentiment d’insécurité demeure, même de jour !

Bien qu’étant dans le quartier le moins dangereux, sortir mon appareil photo ne me vient pas l’idée.

La Bolivie est un pays très pauvres et ses habitants ne sont pas vraiment sympathiques. Ils sont fiers, par exemple les cireurs de chaussure sont masqués afin que leurs voisins ou leur famille ne puissent pas les reconnaitre. Les regards vers les touristes sont figés et les sourires inexistant.

Cette ville située à 4000 m dans une cuvette est épuisante à arpenter. Ca monte et ca descend sans arrêt. Le moyen de transport privilégié est le téléphérique. Il y a 5 lignes a travers toute la ville qui permettent d’échapper au trafic scléroser et à la pollution.

Proche de notre hôtel nous passons devant un resto qui affiche clairement et en français : « Ici on bouffe on partage les bons plans et on boit du Ricard »

Comment ne pas succomber ?!

Le patron est un français qui a bien roule sa bosse. Installé et marié avec une bolivienne depuis 15ans.

Le contact est facile et après 2 Ricard il nous propose de reprendre son resto pendant 1 mois sans engagement. Une occasion pareille mérite réflexion. Nous partons diner non loin, dans un resto suisse pour une fondue !

DSCF8336
Un petit tour par le marché aux sorcières

Le lendemain direction un resto italien, où nous retrouvons par surprise Anais et Lennart que nous avions pris en stop à Humahuaca. L’occasion d’échanger nos impressions sur cette ville et de prévoir une petite soirée. C’est l’opportunité parfaite pour découvrir comment se passe un service dans le resto qu’on nous propose de reprendre.

Effectivement comme il nous l’avait dit la majorité de sa clientèle est francophone et l’ambiance y est bonne. Mais plus l’heure avance plus la réalité nous saute aux yeux. C’est un vrai panier de crabe et tout n’est pas clair, voire obscur plus nous avançons dans la nuit. Grand bien nous a pris de passer une soirée dans ce lieu avant de nous prononcer. Ca sent les emmerdes à pleins nez. Demain on met les voiles pour échapper a cette ville qui nous étouffe et nous stress.

COPACABANA

4h de bus et nous voilà dans un petit village au bord du lac Titicaca.

On respire de nouveau. L’impression de vacance est de retour. Fini l’angoisse et bonjour le plaisir. Il n’y a pas grand chose à faire juste se laisser vivre et c’est délicieux

 

La Bolivie ne restera pas notre meilleur souvenir,

nous n’avons qu’une hâte, rejoindre le Pérou!

 

Buenos Aires-Iguazu-Salta

BUENOS AIRES

Nous voilà de retour dans une grande ville. Cette capitale avec ses quartiers bien distincts. Recoleta et ses airs de Paris, Palermo Soho et son esprit bohème, Retiro et son immeuble business, Puerto et ses restaurants… C’est aussi l’occasion de voir certaines connaissances :

Jorge, nous a gentiment invités au Polo, grâce à lui nous avons vécu un match de polo dans le célèbre « Campo Argentino de Polo, avec en prime le soleil !

Le lendemain nous l’avons retrouvé pour diner au BASA, puis terminé la soirée dans un speak easy : Le Floreria Atlantico, fleuriste en façade, mais bar clandestin le soir.

Margaux nous a fait découvrir les lieux tendances avec les yeux de la jeunesse, nous avons donc eu droit à une petite visite guidée des meilleurs bars et salle de concert de la ville ainsi qu’un apéro des plus festifs chez elle !

Et Carlos qui, accompagné par son amie, nous a emmené déjeuner dans un lieu funcky de la capitale, étant argentins tous les deux, nous avons pu échanger avec des pures souches !

Journée Polo a Palermo:

 

Bars et concerts :

 

Nous avons passé de très bons moments mais déjà l’envie d’aventure nous rattrape.

Direction Iguazu et ses chûtes inscrites comme l’une des 7 merveilles du monde.

Ah oui, petite précision. Notre itinéraire a changé. Encore !

Fini le sud de l’Argentine ses glaciers et Ushuaia… Nous avons dû faire un choix. Difficile de devoir renoncer, mais d’autres surprises nous attendent au nord.

 IGUAZU

Tout comme à Buenos Aires où nous avons eu 2 jours de pluie intense nous sommes accueilli ici par un véritable déluge. Les avions derrière nous ne pourront pas atterrir et devront faire demi-tour…

Patience donc avant de découvrir les chûtes. Nous sommes a Puerto Iguazu ville située a 20min de la merveille mais quand il pleut, dans une ville ou malheureusement il n’y a pas grand chose à faire, le programme est simple : Netflix dans le lit.

Réveil 7h motivé comme jamais. Il pleut encore quelques goutes mais nous sommes confiants, ça va se lever. Le temps de trouver un taxi et nous y voilà. Déjà les cars de touristes affluent, nous accélérons le pas pour les doubler…

Il a trois chemins pour accéder aux chûtes : Celui du bas du milieu et du haut.

Nous décidons d’aller à contre-courant de la foule et commençons par le bas. Grand bien nous en a pris. Nous sommes presque seuls.

Le spectacle commence !

Passage du milieu

DSCF4888

Passage du haut et passerelle de la gueule du diable.

IMG_2452IMG_2448DSCF5037Version 2

La faune d’Iguazu :

Déjà 4h de marche, il est l’heure de découvrir l’hôtel et d’y faire une petite halte.

DSCF5196

Nous repasserons par le passage du bas notre préféré mais désormais c’est presque impraticable à cause du monde. Insupportable.

Après avoir attendu notre chauffeur du matin une bonne demi-heure (normal en Argentine, pour lui il était parfaitement à l’heure) juste le temps de prendre une douche puis direction Las Tres Fronteras. Au bout de Puerto Iguazu se trouve une place de laquelle les trois pays (Brésil, Uruguay et bien entendu Argentine) sont visibles. Nous sommes dimanche soir et l’ambiance et son paroxysme. Tous boivent du Maté (boisson traditionnelle sud-américaine issue de la culture des Amérindiens Guaranis, préparée en infusant des feuilles de yerba maté) écoutant du gros son dans leurs voitures tunées entourées d’enfants courants partout.

Demain direction Salta…

SALTA

A peine arrivé nous cherchons une voiture de location pour effectuer les deux boucles entourant Salta.

La boucle Sud par laquelle nous commencerons qui nous mène à Cafayate et la boucle nord juqu’à Humhaca et la montagne au 14 couleurs.

Capture d_écran 2017-12-01 à 21.31.25

Deux heures de voiture il est temps de trouver un petit resto ! Apres quelques essais infructueux sur la route un panneau indique un golf à 20km. Normalement il devrait accepter nos dollars et proposer des plats acceptables !

Nous sortons donc de notre itinéraire pour suivre les panneaux indiquant notre future table. Mais au bout de 30min de piste on se demande si il existe vraiment.

Aller jusqu’au prochain virage…

Pandora : Mais tu es bien certain que le panneau indiquait ce chemin ???

Nico : Mouais…

10 min plus tard. Un panneau nous indique que le passage est interdit s’agissant d’une propriété privée. Nous sommes un peu dépités mais la curiosité prend le dessus et au loin nous apercevons le toit d’une Finca caché dans les arbres ainsi qu’un coin d’herbe bien verte pour cette région aride.

Nous y sommes enfin. Il est bien réel.

Accueilli par le propriétaire entrain de déjeuner avec un ami.

« Déjeuner ?, aucun problème ! » nous dit-il ravi de voir des clients.

Le lieu est sublime mais totalement désert.

Ouvert en Mars dernier cet hôtel/golf/restaurant/spa n’est pas encore connu dans la région.

Cet homme sait recevoir. Il nous met à l’aise immédiatement nous faisant essayer le vin qu’il vient d’acheter avec son pote. L’impression de faire partie de la famille est immédiate et après nous avoir fait le tour du propriétaire, on craque. Nous resterons ici cette nuit. Puis pour le déjeuner le lendemain !

Cet arrêt imprévu à un goût de magie !

Bon maintenant ça suffit les conneries ! Nous devons reprendre la route. Mais cette parenthèse de volupté restera gravée dans nos mémoires tout comme la gentillesse du propriétaire.

Seul bémol, la veille en fin de journée nous avons fait un golf sur invitation du patron mais après quelques trous nous avons les jambes en sang.

Dévoré par une espèce de moustiques minuscules et voraces. Pandôra fait une réaction allergique et les boutons sont urticants en permanence. De quoi devenir folle… Après de nombreuses recherches sur Google … Ce sont des simulies !

La route vers Cafayate est sublime. Les décors dignes des meilleurs westerns

Sur les conseils de notre hôte nous ne faisons qu’une petite halte à Cafayate et allons dormir à San Carlos, à la Vaca tranquila. Encore une surprise car cet hôtel est tenu par des Belges et tous les clients sont français ou belges ! Etonnant d’entendre parler français à toutes les tables, dans ce coin.

Jusqu’ ici la route était plutôt en bon état mais à partir de San Carlos pour rejoindre Cachi c’est 150 km de piste ! Du coup il faut environ 4 heures sans compter les pauses photos !

Environ à mi-chemin se trouve le village de Molinos d’ou démarre la route, enfin une piste de sable, qui nous mène à la Bodega Colomé. Connu pour ses vignes qui sont les plus hautes du monde et son propriétaire suisse qui a construit un musée pour le moins spécial.

DSCF5819

Cachi

Nous faisons la rencontre d’un couple de retraités Normand sur la terrasse d’un bar de la place central. Le courant passe bien et ils décident de nous inviter à diner dans leur camping car le soir même. Un moment fort sympathique qui nous a rappelé un peu la Nouvelle Zélande. Nous espérons les revoir car ils empreinte plus ou moins le même itinéraire jusqu’au Chile. Peut-être pour le jour de l’an  !

Derniers km pour rejoindre Salta. 150 km en passant par le parc national des Cardonnes

SALTA-JUYJUY

C’est parti pour la boucle nord. Nous allons monter en altitude pour arriver à notre but la montagne aux 14 couleurs.

Une première nuit a Jujuy s’impose la route est longue. Demain nous comptons arriver jusqu’à Purmamarca où la montagne aux 7 couleurs nous attends (c’est déjà pas mal). Déjà l’effet de l’altitude se fait sentir, au dessus de 3000m les effets de la Puna peuvent se ressentir. La Puna c’est le mal des montagnes. Le remède le plus courant est de mâché des feuilles de coca. Et bien … c’est assez efficace ! La sensation d’avoir la tête dans un étau disparaît tout comme l’envie de vomir…On comprend mieux pourquoi tout le monde mastique cette plante.

PURMAMARCA-HUMAHUACA

DSCF6016
Purmamarca

Finalement nous arrivons plus tôt que prévu a Purmamarca et nous décidons de faire une halte pour déjeuner puis continuer notre route vers Humahuaca. Le lendemain après une bonne nuit de sommeil et une visite de la ville nous nous apprêtons à l’ascension ; En voiture bien sur, mais quand même, 30km de mauvaise piste. Dés les premiers km nous prenons en Stop deux européens, Anais et Lennart, qui allaient abandonner l’idée de découvrir ce spectacle somptueux.

Elle est Française lui Allemand, ce couple nous permet de mettre fin à une divergence d’opinion… ! Tout le monde est content !

DSCF6098

Qui va piano va sano y lontano… A peine 10km et déjà nous avons croisé 3 voitures ayant crevé. La prudence est de mise. Nous y arrivons mais bien sur après un péage a 4000m ! Cela en valait la peine…

DSCF6064

Maintenant l’idée reste de rejoindre Humahuaca sans heurt.

C’est chose faite juste a l’heure pour diner avec nos nouveaux amis du jour.

Aujourd’hui nous repartons sur nos pas, direction Purmamarca. Il nous faut aller découvrir les Salinas grandes. Si la montagnes aux 14 couleurs doit se contempler en fin de journée c’est l’inverse pour les salinas.

SALINAS GRANDES

DSCF6135
Notre Hotel du jour

Réveil a 6h30. Il pleut de cordes, nous décidons d’attendre un peu. La route que l’on doit emprunter est mauvaise, avec ce genre de condition climatique. C’est une route de montagne avec un col à Plus de 4000m. A 8h30 nous partons. Dés que arrivons dans les lacets serrés du col la brume envahie la route et la visibilité devient nulle. Mais quel temps nous attends de l’autre coté ?

Pas mieux ! Apres 2h route nous voyons enfin le début des salinas qui sont… fermées !

Alors là NON.

Pas question de faire demi tour sans avoir mis les pieds sur ce désert de sel. C’est orageux il pleut, mais pas assez pour que le désert devienne un miroir… L’esprit d’Alain Gillo-pétré est avec nous. Nous le sentons d’ici 20min tout ira mieux.

20 min plus tard la pluie cesse et une éclaircie fait son apparition. Un passage s’ouvre devant nous, sans réfléchir nous fonçons dans le désert de sel.

DSCF6173

Nous découvrirons à notre retour qu’un guide est obligatoire ! Mais franchement on se demande pourquoi.

DSCF6186

La journée ne fait que commencer car nous comptions rejoindre Salta d’une traite.

Une bonne nuit de repos et déjà le départ pour le nord du Chili

 

 

 

 

 

 

 

PUCÒN, son Volcan, ses pu-conneries!

Nicolas rédigera cette partie, j’ajouterai les commentaires entre parenthèses …

Arrivé à 7h du matin et déjà notre objectif se dessine devant nous, le volcan Villarica.

DSCF3814

Pour l’heure, il nous faut trouver notre auberge de jeunesse : French Andes. Et elle porte bien son nom. Nous sommes accueillis par Anatole, pas super réveillé, (à sa décharge il est tôt très tôt) il nous envoie vers Remi, qui lui-même est très surpris que Gauthier ne nous ait pas accueillis! J (Mais où est Gauthier ? La nuit dernière a dû être agitée.)

Cet hostal est dirigé par un Français (Vincent), qui s’est installé ici depuis quelques années, mais ce sont des étudiants de l’EM Lyon, en stage, qui s’occupe de l’intendance.

Ambiance garantie. (On est contents de tomber sur des jeunes Frenchis, on sent rapidement qu’on va s‘amuser ici !)

Et le nom évocateur de cette auberge attire évidemment les Français à y résider. Nous arrivons donc un samedi et apparemment la veille ils n’ont pas tricoté !

Ce soir c’est Asado (bbq) pour tout le monde. Nous avons l’anniversaire de Pandôra.

(On se connaît à peine mais l’ambiance est au top, on dine dans le jardin, il fait chaud, on parle de tout de rien, on se vanne, on rigole, on rencontre des gens venant du monde entier… J’ai l’impression d’être à Paris avec mes amis…qui me manquent tant)

Nous avons vu du pays pendant cette soirée ! Mais l’escale qui restera gravé dans nos mémoires restera le Mamassita : en réalité le « Mamas y tapas » mais renommer par Pandôra (je n’arrive tout simplement pas à prononcer le nom du lieu) c’est beaucoup plus sympa.(Après une soirée arrosée, à base de Pisco Coca, merci William, pour cette découverte)

Heureusement, il a aussi été notre ange gardien du soir  et nous a escortés pour rentrer ; même si Pandôra a réussi à lui sauver la vie … enfin cela reste de son point de vue ! (Je lui ai sauvé la vie, c’est certain !)

(Le lendemain le réveil est très difficile, en même temps on n’a pas 31 ans tous les jours, on comprend un peu mieux l’état d’Anatole lors du Check in, le mamassitas ça laisse des traces…)

20171112_011052-1Nous avons eu la bonne idée de décaler l’ascension du volcan au lundi. Réveil dimanche 11h… Ah merde nous avions rdv à… 11h !

Pas grave la navette fera demi-tour pour nous emmener aux thermes. Cela reste une bien meilleure option…

DSCF3844Même si au bout de quatre heures on n’en peut plus. Nous ne rêvons que d’une chose : un LIT !!! (On finira par s’endormir au milieu de la réception, des thermes)

L’appréhension commence a monter notre défi se rapproche à grands pas.DSCF3854Réveil 5h30, juste le temps de faire nos sacs il est déjà temps de se faire embarquer pour Villarica où son volcan en a déjà fait pleurer plus d’un. C’est marrant mais la veille un couple de Français, que nous retrouverons certainement vers El Calafate, venait de le gravir, ils sont resté assez discrets sur la difficulté. Chloé a réussi et lui est monté avec un snowboard sur le dos pour le plaisir de descendre un volcan. Cela ne devrait pas être si compliqué.DSCF3858DSCF3863Arrivé à 7h30 en bas du monstre, ne reste plus qu’à mettre un pied devant l’autre ! Willlam nous avait prévenus qu’à un moment tout se joue au mental… Le problème c’est quand ce moment arrive plus vite que prévu !

Infos pratiques : Altitude du cratère 2800m.

Départ 380m. Durée moyenne pour le sommet 6H. Descente : En luge, mais en fait pas totalement !

Premier stop : en hiver on peut utiliser ce télésiège et gagner 2h de marche mais en ce moment NON.DSCF3866DSCF3863Deuxième stop : en haut du télésiège !DSCF3887

Troisième stop : Pouffffffff ça commence à être vraiment dur ! Enfin c’est ce qu’on croit à ce moment précis, en réalité ce n’est que le début…DSCF3894DSCF3880DSCF3882Bon, pour être franc cela doit être notre expérience physique la plus soutenue. L’Adam’s Peak a coté c’est de la rigolade et nous ne sommes toujours pas en haut.DSCF3888DSCF3896DSCF3953On croit voir l’arrivée mais NON ce n’est qu’une crête qui cache le glacier ! Mais une fois passée, nous découvrons notre but.

Problème : Si nous étions en train de gravir une piste noire pendant les dernières heures désormais c’est n’importe quoi !!! Mais quelle idée de vouloir gravir ce volcan…

Allez encore une heure nous répètent nos guides. La blague, enfin les nerfs oui !DSCF3902Enfin nous y sommes. Et on passe sur le combat intérieur du renoncement. Juste le temps de s’équiper de nos masques à gaz pour résister aux attaques dues au souffre

DSCF3904DSCF3899DSCF3910DSCF3914DSCF3925DSCF392820171113_134219DSCF3940

D’autres choisissent la visite d’une manière plus aérienne! DSCF3939Préparation pour la descente, après les photos deviennent secondaires, le simple fait de glisser suffit. D’ailleurs la qualité du reportage photo est tout aussi limitée que ma lucidité pendant l’ascension !

DSCF3957

De retour à l’auberge Gauthier et Noémie nous accueillent, on ne tient plus debout, nos genoux ont souffert, on est aussi rouge que la lave (n’est ce pas Gauthier !). Après avoir débriefé avec les « petits » (nous sommes les vieux, eux les petits)

On se couche, sans broncher, à 21h30 ça n’est pas arrivé depuis longtemps.

(On ne retiendra que du bon de cette escale, l’équipe de l’EM Lyon était au top, ils nous manqueront, on se rappellera des shots perdus et jamais retrouvés, des oignons sous toutes les formes de Medhi, des cookies de William…sans sucre…de son VTT, des vannes de Gauthier, de l’accueil adorable de Rémi, de Noémie qui essaye de garder le calme dans l’hostel, des nombreux départs avortés, des empanadas d’Anat et des cours d’histoire sur Joséphine Baker et l’Orient Express, des bonnes bouffes de Nicolas et bien entendu de la deuxième salle du Mamassitas voire de la 3ème … ! On espère vous voir à Paris les petits et merci encore pour cette soirée d’anniversaire dont je me souviendrai)

SANTIAGO-VALPARAISO-MENDOZA

Qantas Airways QF321 (Opéré par LA) :

Date : Vendredi 27 Octobre 2017

De : Aéroport international d’Auckland, Auckland, Nouvelle-Zélande (AKL terminal I)

A : Aéroport Arturo Merino Benitez, Santiago, Chili

Départ : 18h15

Arrivée : 13h20

Etat de la réservation : Confirmée

DSCF2922

C’est parti pour un nouveau continent !

5 jours à Santiago, dans un vrai appartement, avec un vrai lit, une vraie douche et une cuisine ! Un rêve …

Nous arrivons à 13h soit avant d’être partie de Nouvelle Zélande (vous me suivez ??) Nous étions parti à 18h00 de NZ et nous voici à Santiago à 13h le jour même …

L’occasion de vivre quasiment deux fois la même journée. Du coup la première journée sera très calme malgré l’excitation. On s’installe, on commande une pizza au resto du coin et on se repose. 11h d’avion + 1 décalage de 16 Heures difficile de s’en remettre !

DSCF3808 (1)DSCF3806

Dès le lendemain, on se met tout de suite dans l’ambiance, visite des différents marchés, avec l’agence Tour4tips, une superbe initiative organisé par des locaux, comme son nom l’indique vous donnez un pourboire au guide à la hauteur de votre appréciation ! (En général entre 7 et 10 euros, c’est vraiment donné). Nous tombons sur un super guide, Camilo, il est né et a grandi à Santiago, il connaît sa ville sur le bout des doigts et on le sent très attaché à sa jolie capitale. C’est également l’occasion de rencontrer d’autres touristes et tout particulièrement Ophélie, une jeune Française qui parcours le Chili et l’Argentine toute seule ! Courageuse la demoiselle ! On échange avec elle sur son parcours, mais aussi sur Santiago.

La gastronomie Chilienne : elle n’existe pas vraiment! Ils adorent le fromage et les fruits de mer, donc ils les mélangent. Par exemple moules au fromage de chèvre ou huitres gratinées a l’emmental !

Il faut quand même reconnaitre que la soupe préférée de Pablo Neruda « El caldillo de congrio »,une soupe au congre sur laquelle il a écrit un poème, nous rapproche un peu du paradis.

Après les marchés direction le cimetière (et bien oui, le cimentière de Santiago est vraiment à faire) on y apprend que selon vos moyens vous pouvez acheter une concession ressemblant au Pagode Vietnamienne (voir photo), une pierre tombale semblable au notre ou encore vous faire construire un mausolée digne d’un palace ! (Mausolée aztèque, pyramide Egyptienne et même ce qu’ils appellent le Apple Store mausolée J J très très moderne ! )

Le point final de cette visite, la dernière demeure de Salvador Allende, l’occasion pour nous d’en apprendre un peu plus sur la politique Chilienne et l’histoire du pays, narré par Camilo, qui fait parti de la nouvelle génération celle qu’on appelle ici « la génération no fear »  (sans peur). Un moment d’émotion, le pays à encore du chemin à parcourir …

DSCF2693L’après midi passage par la place des Armes avec sa cathédrale. C’est jour de procession il y a foule.

DSCF2705Notre quartier : Paris-Londres. Notre appartement se trouve rue de Paris! C’est un micro quartier de deux trois rues.

L’appartement est spacieux (surtout en sortant du van) et nous avons même une vue… sur les immeubles!

DSCF2774Aujourd’hui nous sommes livrés a nous même. Direction le musée d’art contemporain et celui des beaux arts qui sont mitoyens. Des artistes sont présents pour une expo-vente.

On se dirige vers San Cristobal pour prendre un peu d’hauteur, malheureusement le funiculaire est en maintenance (pas contents, ça faisait longtemps !) tant pis, on reviendra dans quelques jours. Point positif nous décidons quand même de profiter du quartier où se trouve la colline et c’est très mignon. Le quartier Bellavista mélange touristes et Chiliens, c’est dans une ambiance bohème que tout le monde se donne rendez-vous pour l’apéro ! Direction Azotea Mathilde, un roof top, où nous découvrons la boisson locale, le Pisco Sour, un vrai délice avec en arrière plan un couchée du soleil sublime.

DSCF2807

Après le Pisco Sour (dont on ne pourra plus se passer, jamais !!!) on décide d’aller tester une autre boisson « le terremoto » le tremblement de terre (verre d’1litre), suivi par sa petite sœur « la replique » (verre de 50cl) ca promet !

La légende veut qu’il ait été servi pour la première fois à un étranger qui voulait du vin froid – ou un breuvage rafraîchissant – (d’où l’idée de mettre du sorbet dans le pipeño). Quant à son nom (terremoto – tremblement de terre), il existe deux histoires pour l’expliquer:

-on dit qu’il viendrait du fait que le breuvage ait été inventé en 1985, année d’un gros tremblement de terre;

– on dit aussi qu’on l’aura nommé ainsi à cause des effets qu’il provoquent sur celui qui le boit (jambes molles et sol qui bouge sous vos pieds).

Pour les impatients qui n’auraient pas le courage d’attendre notre retour (et nous savons qu’il y’en a….) voici la recette :

1 litre de vin blanc
2-3 onces de pisco
1 once de grenadine
1 contenant de sorbet à l’ananas

Mélanger les trois premiers ingrédients dans un pichet.
Verser dans 4 verres, puis ajouter une boule de sorbet dans chaque verre.

Attention c’est très sucré, donc très fort et bien sur on ne s’en rend pas compte… Et voila ou cela nous mène!

DSCF3711

L’apéro, ça rapproche nous faisons la connaissance de 3 lyonnais, avec qui nous passerons une bonne partie de la soirée ! Echanges de bons plans, et discussions autour de la gastronomie Française bien sur !

Il est temps de rentrer, car on est sages et que nous n’avons pas trop envie d’arpenter Santiago la nuit.

Ce matin c’est la Toussaint donc férié, direction, le Cerro Santa Lucia, un château dans la ville, on va enfin pouvoir prendre de la hauteur.

On déambule ensuite dans le quartier Lastarria.

Sur la route du funiculaire de San Cristobal :

SAN CRISTOBAL :

Ne pas oublier de visiter le musée des arts précolombiens !

Il est maintenant l’heure d’établir plus précisément notre itinéraire sur ce continent. Oui pas trop tôt! Nous nous rendons assez vite compte que pour descendre jusqu’à Ushuaia il va falloir naviguer entre Chili et argentine le long de la frontière. Voici la carte :

Capture d_écran 2017-11-01 à 20.20.47

Il est temps de prendre le bus direction Valparaiso, ses maisons de couleurs et ses murs couverts de graffitis. Nous reviendrons a Santiago dans quelques jours avant le grand voyage vers le sud mais avant escale sur la route des vins a Mendoza en Argentine.

VALPARAISO

Première impression : c’est beaucoup plus grand que ce que nous avions en tête. La ville est divisée en deux. Proche de la mer de grands immeubles sur la partie plate et dans les collines de petites maisons colorées.

DSCF3142DSCF2960

Nous nous baladons lorsqu’une personne nous interpelle. Il s’approche. C’est un policier en civil qui nous déconseille vivement de continuer dans cette direction car le quartier vers lequel nous allons est un véritable coupe-gorge. Rassurant! Il faut dire que l’on se rend rapidement compte en se baladant qu’il vaut mieux faire attention, et certaines têtes sont patibulaires. Prudence donc.

Le soir nous découvrons, à côté de l’hôtel, un bar avec des musiciens live. Nous sommes les seuls touristes, l’ambiance est excellente et leur danse bien particulière cela ravirait Patrick Sebastien!

Difficile le réveil. Un peu mal aux cheveux. Rien de tel qu’une petite marche et un bon déjeuner pour se remettre en selle. Direction le DIN399. Juste a coté du cimetière. C’est le lieu de rencontre des jeunes branchés. Une terrasse avec vue sur Valparaiso et un menu unique pour 10€/pers café compris. Bon plan !

DSCF3076DSCF3054DSCF3057DSCF3043DSCF2976DSCF2965DSCF2967DSCF2963DSCF2983DSCF2989DSCF2988

Capitale du Street Art

Fresques, Graffitis, tags, difficile de trouver un mur qui ne porte pas sa signature. Bien que d’apparence anarchique c’est totalement codifié et chacun reste à sa place. Tout d’abord il faut savoir que c’est interdit! A la vue de la ville on se demande pourquoi et comment?! Il faut l’autorisation des propriétaires des murs pour que cela devienne légal. Ce sont donc pour la plupart des travaux de commandes.

Une grande majorité des fresque sont situées dans le quartier de la maison de Pablo Neruda situé en haut d’un cerro (colline) d’où démarre le musée a ciel ouvert.

DSCF3277

D’autres maisons valent le détour!

DSCF3292DSCF3157

On vous conseille d’aller au cerro Reina victoria. Très animé le soir avec tous ses bars et restaurants. Prenez l’ascenseur pour y accéder.

DSCF3171DSCF3220DSCF3222

Joli ciel ce soir!

Notre dernière journée, dernière balade entre le port et un autre cerro qui nous permet d’emprunter le plus vieux funiculaire de la ville et découvrir l’intérieur de cet immeuble bien caché!

Ce soir direction Mendoza en bus. 7h de trajet pour une arrivée prévue a 6h du matin…

MENDOZA

Après 9h de bus dont 3 passé à la frontière en pleine nuit, nous arrivons sur les rotules! On pensait que le voyage de nuit était une bonne idée : pas si sur!

Cette première étape en argentine n’a qu’un seul but : La route des vins. 2 jours suffisent. Situé au sud de Mendoza, la ville de Maipu, est le rendez des touristes désireux de connaitre cette région en passant de bodega en bodega à vélo. Nous nous sommes prêté a l’exercice en suivant l’itinéraire conseillé par notre loueur.

Mais avant nous avons eu droit à une visite privilégié dans le domaine de Fabre-Montmayou situé à Lujan de cuyo. Cette bodega dirigé par un Bordelais, Herve Fabre, n’est pas ouverte au grand public mais j’ai eu la chance de le rencontrer l’année dernière chez son associé et ami de la famille en Uruguay.

Si vous avez l’occasion de gouter ce vin n’hésitez pas! surtout les cuvées de gardes! Difficile a trouver en France mais bien distribué en Angleterre, amis Londoniens…!

DSCF3378DSCF3403DSCF3397

La ville de Mendoza ne possède pas vraiment de monuments immanquables mais la vie y est agréable et notre logement situé Av Aristides Villanueva nous donne accès directement à une succession de bars et de restaurants. Pratique!

Bon plan à Mendoza/Maipu :

Location de vélo :  Wine and bike

Bodega Lopez : Immense bodega, visite gratuite et très bon restaurant.

Bodega Familia Cecchin : La seule à permettre de faire un tour dans les vignes à vélo.

Pasrai oilivicola boutique : Visite et dégustation gratuite d’huile d’olive.

Bodega Caninae : Bodega tenu par des Francais.

Restaurant a Mendoza :  Le 1884  pour le décors et Don Mario pour la viande.

 

Voila, il est temps pour nous de repasser au chili.

La route en traversant la cordillère des Andes et la frontière :

IMG_2383

Nous voila de retour à Santiago que nous apprécions tant mais il est déjà l’heure de se préparer au 10h de bus qui nous attendent pour rejoindre Pucòn et son Volcan Villarica: Notre prochaine ascension!

 

NZ 2eme partie : L’île du Sud

L’ILE DU SUD

Capture d’écran 2017-10-28 à 20.02.43.png

DSCF0773

Voilà, l’heure de notre traversée en ferry est arrivée. Direction l’ile du sud apparemment la plus belle selon les dires des Kiwis.

DSCF0811

Après 3h, l’ile se dessine devant nous et dévoile ses fjords que nous empruntons pour arriver à Picton.

DSCF0819

Nous décidons de nous diriger vers Blenheim sur la côte Est dans la région de Marlborough, grande productrice de vin.

DSCF0878DSCF0884DSCF0885

Le lendemain, nous traversons la région à travers ses vignobles en direction de la côte Ouest.

DSCF0912

En chemin nous faisons une escale à Murchisson où nous tombons par hasard sur une « bakery » française, qui répond au doux nom de « Sweat Dreams » tenue par un couple charmant qui a pas mal voyagé avant de s’établir dans cette région…

Pains au chocolat (des meilleures boulangeries parisiennes) chaussons aux pommes, baguettes et autres friandises dont on rêve encore ! Le café est également excellent, si vous trouvez mieux aux alentours, on vous rembourse, et c’est le patron qui le dit !

IMG_7811IMG_7812

Nous rejoignons la route 6 qui longe toute la côte. Un arrêt a Punakaiki pour admirer les fameux Pancakes rocks et à marée haute svp !

Grosse journée, sur la route nous décidons de nous arrêter à Greymouth pour la nuit, demain direction Arthur’s Pass.