Nouvelle Zélande

L’ILE DU NORD

 

NORTHLAND-AUCKLAND

Capture d’écran 2017-10-03 à 13.04.00.png

  • Date : Mardi 26 Septembre 2017
  • De : Kuredu Island (Hydravion)
  • A : Aéroport international de Male, Male, Maldives
  • Départ : 07h25
  • Arrivée : 08h25
  • Etat de la réservation : Confirmée
  • Date : Mardi 26 Septembre 2017
  • De : Aéroport international de Male, Male, Maldives
  • A : Aéroport international Bandaranaike, Colombo, Sri Lanka
  • Départ : 09h25
  • Arrivée : 11h20
  • Etat de la réservation : Confirmée
  • Date : Mardi 26 Septembre 2017
  • De : Aéroport international Bandaranaike, Colombo, Sri Lanka
  • A : Aéroport international de Changi, Singapour, Singapour (SIN terminal 3)
  • Départ : 12h15
  • Arrivée : 18h55
  • Etat de la réservation : Confirmée
  • Date : Mardi 26 Septembre 2017
  • De : Aéroport international de Changi, Singapour, Singapour (SIN terminal 1)
  • A : Aéroport de Kingsford Smith, Sydney, Australie (SYD terminal 1)
  • Départ : 20h20
  • Arrivée : 06h05 Le lendemain
  • Etat de la réservation : Confirmée
  • Date : Mercredi 27 Septembre 2017
  • De : Aéroport de Kingsford Smith, Sydney, Australie (SYD terminal 1)
  • A : Aéroport international d’Auckland, Auckland, Nouvelle-Zélande (AKL terminal I)
  • Départ : 07h10
  • Arrivée : 13h20
  • Etat de la réservation : Confirmée

5 avions plus tard nous voici au pays des kiwis. Nous arrivons vers 13h Impossible de vous dire depuis combien temps on voyage, on ne sait plus … On ne sait plus quel jour nous sommes, on ne sait plus grand chose. Après un rapide passage aux douanes qui orne au passage notre passeport d’un nouveau tampon, l’accueil est très agréable, on est contents, ça nous change des Maldives. Nous voici sur la terre des kiwis !

1ère mission récupérer le Jucy van, notre « maison » pendant 1 mois. La aussi organisation rapide, accueil chaleureux.

On se rend compte à quel point c est petit, on se demande comment on va vivre 1 mois dans 5 mètres carrés…

On est un peu perdus, on ne sait pas trop comment fonctionne le pays.

2ème mission supermarché: nous avions fait quelques brèves recherches direction pak n save a côté de l’aéroport c est l’équivalent du magasin « métro ». Immense, grandes allées, produits inconnus …. On est dans le bain.

3ème mission : mais où va t-on dormir ? On se concerte, on tombe vite d’accord. On à tous les deux besoin d une douche. Ici il y a 3 catégories de campings :

Les gratuits: avec toilettes, éventuellement eau (froide)

Les low cost: aires de repos toilettes, douches, éventuellement BBQ.

Et enfin luxes: aux alentours de 20 dollars NZ par personne avec électricité (pour brancher le van) douches chaudes, toilettes (propres) aires de jeux, jolie vue (en général) barbecue, tv….

On optera bien entendu pour la dernière (après un long voyage douche et eau chaude ça fait plaisir…)

Quelque peu décalé à cause du décalage horaire on s endormira très tôt (21h) pour se réveiller vers 00h30 un peu désorientés. On finira par se rendormir et faire la grasse mat !

Le lendemain, notre journée commence avec une nouvelle parisienne qui nous collera un sourire béat…. (Certains comprendront…)

On décide de reprendre la route direction NORTHLAND, et ses sublimes paysages….que dire…. la vue est à couper le souffle.

Nous sommes émerveillés, la nature, ici, reprend des droits…entre arbres, animaux (vaches moutons, chevaux, oiseaux…) la NZ est vallonnée très vallonnée… montagnes, pâturages, c’est extraordinaire… On respire… chaque maison est espacée, aucun building, pas de pollution. On ne sait plus où donner de la tête. Nous, parisiens on est tous simplement dans un autre monde, à l’autre bout du monde…  d’un coup notre tour du monde prend tout son sens… et notre Jucy van devient une fenêtre ouverte sur la liberté, on oublie très vite ses 5 mètres carrés dans lesquels nous devons cohabiter, on se rend compte qu’on a une chance inouïe que plus rien ne peut nous arrêter.

Faites vos valises, embarquez femmes et enfants, on a la France ils ont la Nouvelle Zélande…

Nous traversons Waipoua Forest qui signifie « forêt des pluies nocturnes » si l’entrée semble insignifiante, l’ensemble prend vite de la hauteur, nous sommes entourés d arbres énormes qui bordent la route. 18km que beaucoup décrivent comme une forêt préhistorique. Elle abrite deux tiers des « cauris » adultes, après l’abatage de 96% d entre eux entre le 19 et le 20ème siècle. Désormais c’est un site protégé et heureusement….

Nous décidons de nous arrêter dormir sur un lac, finalement les « campings » les plus jolis sont les gratuits. La vue est magnifique, et le « gardien » très amusant… Nous ne connaîtrons jamais son prénom, il refuse de le donner de peur qu’on répète d’où venait nos sources (LOL). Pour nous il restera le gardien qui dit toujours: Yeah yeah yeah yeah…

DSCF9419

C est un peu sommaire pas de douche, ni toilette il faudra se contenter de la nature mais ça vaut tellement le coup. (Je précise que nous avons des réserves d’eau dans le van…).

Au petit matin une mauvaise surprise nous attends nous sommes embourbés 🙂

Heureusement grâce aux connaissances du gardien, deux de ses amis arrivent à la rescousse, en moins d’une heure le problème est réglé.

Nous parcourons la région Northland, on se gare souvent sur le bas-côté pour contempler la nature et prendre des photos afin de partager cela avec vous.

(On prend des douches entre temps, pour ceux qui se posent la question !)

6h30 direction le « Cape Reinga » ce lieu est chargé d’histoire et de croyance ;

Il est l’objet d’une légende Maori…Il se situe à la pointe septentrionale de l’île du Nord, autrement dit, au bout du monde ! A cet endroit, la mer de Tasman rencontre l’océan Pacifique, les vagues se percutent avec une force incroyable. Pendant les tempêtes, on peut même voir se former un maelstrom, autrement dit un énorme tourbillon !

DSCF9468

C’est ici, que les âmes des défunts pénètrent dans le monde intérieur (reinga) en suivant les racines de l’arbre Pohutukawa. Après être tombées dans la mer, les âmes ressurgiront à Ohaua, le point culminant des îles des Trois Rois situées au large du Cap Reinga, pour ensuite rejoindre la terre de leurs ancêtres à Hawaiiki-A-Nui.

DSCF9466

L’endroit est indescriptible, c est certainement un des miracles de la nature les plus beaux que nous ayons pu voir.

Sur la route nous croisons un panneau qui le confirme qu’il fallait absolument que je découvre cet endroit ! Ma place est ici, pas de doute !

DSCF9555

Après cette parenthèse enchantée, il est temps pour Nicolas de reprendre une de ses activités favorites, nous partons donc faire un tour au marché de KeriKeri. Je suis sans broncher d’abord parce que moi aussi j’aime bien faire le marché mais surtout car j’ai hâte de retrouver ses petits plats si bons 🙂

DSCF9624
Baie des Iles

Petit détour par des waterfalls

DSCF9692

Camping du soir!

 

PIHA

DSCF9752DSCF9750

AUCKLAND

DSCF9736

Heureux d’arriver à Auckland. Pour nous les citadins que nous sommes, un peu de bitume, quelques immeubles en construction, un poil de pollution ça nous fait du bien ! Et bien entendu Auckland remplit à merveille ce rôle…

Après avoir arpenté Queen Street l’équivalent de nos Champs Élysées, on découvre de petits bars a vins très sympas dans les rues adjacentes. Sans le vouloir spécialement nous nous arrêtons dans un café qui se nomme  » le Chef  » on s’aperçoit très vite que le serveur est français, on se croirait presque à Paris un soir d’hiver. Nous discutons avec lui, les propriétaires viennent de France, bien sûr, il est en PVT (working holliday) comme la plupart des étrangers ici. Il adore sa nouvelle vie, est devenu bilingue en 7 mois, et essaye de s’installer à long terme… tous les Français que nous croisons tiennent le même discours, ici tout le monde aime la simplicité des gens et le stress inexistant.

Seule ombre au tableau les loyers sont chers, surtout à Auckland, on s’en doutait!

Ensuite direction un super petit resto mexicain (un avant-goût de la suite de notre périple) Nicolas fond devant les fajitas tout en me répétant que c’est quand même « super gras » 🙂 il faut bien 1 ou 2 tequila pour faire passer le tout !

C’est un lundi soir, à Auckland que faire ?

La Sky tower ! Allez hop on grimpe, on verra Auckland de nuit, mais c’est bien aussi la nuit, c’est romantique !

Le lendemain direction le quartier de Ponsonby, bobos, magasin de seconde main, café où l’on déguste très bons brunchs a un prix raisonnable. Un endroit cool d’Auckland, qui ressemble à une banlieue chic et vous sort un peu du côté grosse ville. Sur les conseils de Sabrina nous allons au café one2one, avec un jardin au fond très agréable quand il y a un petit rayon de soleil. Le patron très sympa ne pourra s’empêcher de mettre une playslist française dès qu’il comprendra que nous venons de Paris.
Nous voici donc en train de déguster un bagel et des Œufs Béné au bacon, tout simplement délicieux, sur la douce voix de Carla Bruni (et oui encore.) Ou de tryo (pas tout à fait le même genre.

DSCF9939

Il est temps d’aller découvrir le port, ses vieux gréements mais aussi ses bateaux de L’America’s Cup !

AUCKLAND-WELLINGTON

Capture d’écran 2017-10-09 à 10.24.03.png

HAMILTON

Auckland nous a plu, on regrette de ne pas pouvoir rester un peu plus mais il est temps de partir en direction d’Hamilton et de son jardin « tour du monde »….

Une des villes voisines d’Hamilton est Cambridge avec son haras de renommée internationale, aimant beaucoup les chevaux, on décide d’aller faire un tour, nous ne l’avons pas regretté. Banlieue cossue, restaurants de grande qualité et des chevaux, des chevaux et encore des chevaux. Ici le sport hippique est religion, il y a des courses toutes les semaines, l’hippodrome est L’ATTRACTION et les paris qui vont avec ! C’est une parenthèse où nous avons la sensation de découvrir la vie des néo zélandais loin des touristes.

Avant de nous rendre aux célèbres caves Waitomo, nous faisons un petit détour par raglan, la Mecque du surf, une ville côtière aux airs d’Hossegor (que j’aime tant…) figée dans les années 70, avec en prime des couchées de soleil à se damner.

Les féeriques caves Waitomo 

S’il y a bien une activité qu’on ne voulait pas louper c’est celle-ci ! Un mélange de rêve, de légendes maoris et un peu de sport tout de même ( ça nous manquait ). Le rendez-vous est pris avec un petit groupe (nous étions 7 au total) loin des machines a touristes vendus sur les brochures. Notre guide a commencé à arpenter les caves dès l âge de 5 ans, normal, cela fait 5 générations que sa famille a monter ce business et met tout en oeuvre pour préserver ce petit coin de nature et transmettre leurs savoirs aux générations suivantes.

11h30, départ pour l’aventure


Une expérience sublime, nous étions trempés jusqu’au cou, j’ai souvent dû dépasser ma claustrophobie mais ça en valait la peine. Le lieu est féerique.

ROTORUA-TAUPO

Transportés par les légendes maoris nous décidons de poursuivre vers Rotorua, la ville qui pue, le berceau de la culture maorie !

On ne va pas vous mentir, on souffre! La ville sent l’oeuf pourri, dû à son activité sismique, mais c’est aussi grâce à cela que je vois les premiers geysers de ma vie !

Au programme visite d’un village maori, de ses bains de boue, et bien entendu des fameuses danses du célèbre haka. On en prend pleins les yeux.

Nous testons également le repas traditionnel cuit dans un four a vapeur naturel, un délice.

Après toutes ces aventures on en veut encore, nous allons donc au lac Taupo passer une nuit pour finalement se rendre Tongariro, le point de départ du célèbre trek dont tout le monde parle et que l’on a tant attendu. 8h de marche dans un paysage lunaire !

Mais voilà, il fallait bien que la Nouvelle Zélande nous déçoive, au moins une fois … impossible de faire le trek, le site est fermé dû aux mauvaises conditions météorologiques, on fulmine, on est pas content mais alors pas content du tout !!!!! Résultat : we will be back ! Nous serons OBLIGÉS de revenir dans ce pays et en été cette fois-ci !
Comme on est un peu énervé nous ferons la fête le soir même !

11 jours de van, on craque, on veut un lit, un vrai de vrai, un grand, un immense même, on veut aussi pouvoir prendre une douche quand on veut et le temps qu’on veut. On se rend compte à quel point, ces petites choses du quotidien nous les apprécions mille fois plus quand elles nous ont été retirées. Direction l’hôtel, nous sommes super excités a l’idée de passer une bonne nuit, comme des enfants un matin de Noël (ou la victoire du PSG contre l’OM voire même contre Lyon, le plaisir de voir Vince acculé n’a pas de prix)

Croyez-moi je n’en rajoute pas du tout.

 WELLINGTON

DSCF0657DSCF0667DSCF0671DSCF0679DSCF0684DSCF0680DSCF0690

 

L’ILE DU SUD

Capture d’écran 2017-10-28 à 20.02.43.png

DSCF0773

Voilà, l’heure de notre traversée en ferry est arrivée. Direction l’ile du sud apparemment la plus belle selon les dires des Kiwis.

DSCF0811

Après 3h, l’ile se dessine devant nous et dévoile ses fjords que nous empruntons pour arriver à Picton.

DSCF0819

Nous décidons de nous diriger vers Blenheim sur la côte Est dans la région de Marlborough, grande productrice de vin.

DSCF0878DSCF0884DSCF0885

Le lendemain, nous traversons la région à travers ses vignobles en direction de la côte Ouest.

DSCF0912

En chemin nous faisons une escale à Murchisson où nous tombons par hasard sur une « bakery » française, qui répond au doux nom de « Sweat Dreams » tenue par un couple charmant qui a pas mal voyagé avant de s’établir dans cette région…

Pains au chocolat (des meilleures boulangeries parisiennes) chaussons aux pommes, baguettes et autres friandises dont on rêve encore ! Le café est également excellent, si vous trouvez mieux aux alentours, on vous rembourse, et c’est le patron qui le dit !

IMG_7811IMG_7812

Nous rejoignons la route 6 qui longe toute la côte. Un arrêt a Punakaiki pour admirer les fameux Pancakes rocks et à marée haute svp !

Grosse journée, sur la route nous décidons de nous arrêter à Greymouth pour la nuit, demain direction Arthur’s Pass.

DSCF1277

Ce parc national situé dans les Alpes du Sud abrite plusieurs cols et le mont Rolleston qui culmine à 2275m.

C’est une journée idéale pour profiter des petites marches dans la région et des surprises qu’elle renferme.

Cap au sud en direction des glaciers Franz Joseph et Fox.

La météo s’annonce terrible pour les jours à venir. La décision est prise de se réfugier dans un hôtel pour cocooner ! (Le Franz joseph oasis) L’hôtel est très jolie, les chambres soigneusement décorés. Si vous passez dans la région, n’hésitez pas à faire un stop. L’établissement est géré par un espagnol et sa compagne française, qui est chef du restaurant, qui lui aussi mérite le détour.

Après un repos bien mérité, une accalmie nous permet d’entrevoir le glacier de Franz Joseph, malheureusement encore un trek que nous ne pourrons pas faire dû aux mauvaises conditions climatiques.

Demain direction le glacier Fox et le lac Matheson.

Nous voilà servi. On cherchait du spectaculaire et le lac Matheson nous l’offre. Même si nous arrivons plus tard que prévu le spectacle reste grandiose. C’est le décor que nous avions en tête, pour définir l’ile du sud. Un grand Wahooo ! Encore une fois ! D’ailleurs ça faisait presque longtemps…!

DSCF1362DSCF1355DSCF1360DSCF1368

Après une balade autour du lac, direction le glacier Fox. Hier celui de Franz Joseph ne nous a pas permis de l’affronter mais aujourd’hui tiens toi prêt, Fox !

Et bien non… Encore… Impossible de rejoindre le glacier. Nous nous satisferons de quelques photos.

DSCF1457

Sur la route de Wanaka petite pose déj sur la plage de Haast

DSCF1476

La route est sublime et les décors tout autant.

Arrivée à Wanaka

DSCF1570DSCF1594

Niché au bord d’un lac cette petite ville au allure de village suisse nous rappelle que voyager en camper van c’est bien mais en voiture de luxe pour rejoindre sa maison secondaire c’est mieux !

C’est propre et on s’y sent bien. Du coup ce soir c’est camping deluxe.

Il est déjà temps de partir pour rejoindre Queenstown : Qui s’est autoproclamé LA ville du sport.

La route nous mène tout droit à ce monument bien particulier dédié à la lutte contre le cancer du sein. Evidemment un don s’impose (de soutien gorge bien sûr).

DSCF1614

Le col qui suit est plutôt difficile à gravir pour notre Jucy van.

La montée est digne d’une spéciale du Monte Carlo (col de Turini) et la descente ressemble à la route Verbier-Le Châble (pour les connaisseurs) mais avec des lacets plus serrés

Dans la vallée la ville d’Arrow nous permet de rencontrer un couple de Français et de prendre des photos d’un des lieux de tournage du seigneur des anneaux.

Plus que 30km et nous voilà à Queenstown. Petite ville au bord d’un lac, encerclée par les montagnes. Nous sommes hors saison et la ville à des airs de station de ski des alpes en été. L’hiver elle fait le plein d’Australiens et autres étrangers en quête de pistes enneigées.

Ville du sport… Pourquoi pas, mais surtout ville des loisirs : Helico, croisières, frisbee golf, speed boat, shark-boat (le seul au monde), saut en parachute (le plus haut du monde), saut a l’élastique (le premier au monde), casino, bars… Bref on s’y sent comme à la maison! Il ne manque que…le frouse ! On pense à Yannick…Si seulement il était là, pour une après midi « loisirs »

Au bout du lac, à 40min de voiture, se trouve Glenorchy. La route qui nous y mène est surnommée Paradise road.

DSCF1653DSCF1655

Il est l’heure de déjeuner et le lieu s’y prête parfaitement.

Ce soir c’est camping sauvage autour du lac.

Faute de moyens adéquats (sniff c’est dur la vie !) nous prenons notre courage à deux mains pour partir de ce lieu rêvé.

Direction Kingston, normal après Queenstown.

DSCF1723

Là un choix nous incombe : Fjords ou pas ? Détour de 450 km sans pouvoir faire ni croisière ni survol en hélico… On coupe court et nous partons plein sud vers Invercargill puis Bluff pour ses panneaux du bout du monde.

Demain la côte Est et ses habitants nous attendent…

Nous nous mettons donc à la recherche active des pingouins, albatros, dauphins, lions de mer et autres otaries à fourrure.

DSCF1984

Lever 6h30 avec la ferme intention de rencontrer cette faune si exotique pour nous. Les 3 premiers spots ne donnent rien. Il bruine et le soleil n’arrive pas à faire parvenir ses rayons jusqu’aux différentes plages et criques que nous explorons. Nous continuons en vain toute la journée jusqu’à Curio bay. Il n’est pas loin de 17h, bientôt le soleil se couchera mais pour le moment la crique se remplit de badaud en attente du même spectacle que nous.

1 heure passe, aucune activité en vue… 2h…Rien. Décidément on n’est pas gâtés. On se console avec les volatiles présents.

En partant nous nous arrêtons dans un camping pour nous renseigner sur leurs tarifs et là, surprise sur la plage se tient, seul, un pingouin.

Nous apprendrons qu’il est solitaire depuis peu après avoir perdu ses proches la saison passée. Une volontaire est là afin d’éviter que nous nous approchions trop et n’hésite pas à nous raconter l’histoire de cette ancienne colonie qui a décliné au fil des saisons.

Après cette première victoire nous nous réveillons conquérants pour partir vers ce lieu qui nous émerveillera.

DSCF2042

Un phare qui mérite le détour mais aussi de rester secret ! La faune y est paisible et cachée de la masse touristique. Nous tairons donc le nom de ce spot mais voilà quelques photos.

DSCF2026DSCF2100DSCF2140

Difficile de mieux démarrer une journée !!

Direction Dunedin avec un sourire qui semble indélébile.

Ce qui caractérise Dunedin c’est : La vie. Cette ville en est pleine.

Le soleil baigne les rues de ses rayons et les terrasses de cafés et de bars sont pleines.

Au détour d’une rue nous tombons sur un concert/spectacle de danse Indienne à l’occasion de Diwali, la fête des lumières chez les Hindous.

Dunedin c’est aussi la ville du Street Art dont voici quelques exemples :

Toujours a la recherche d’un maximum de rencontre du troisièmes types nous continuons a remonter la côte en direction de Christchurch notre étape finale.

Et d’ailleurs en écrivant ces quelques je me rends compte que le voyage se termine dans 4 jours…

Presque un mois ponctué matin midi et soir de « Aiiieee… Putaaaaaaain…de m…» en se cognant tête, tibia, coude ou genou. C’est sur il va nous manquer notre camper van mais en ce moment même je ne peux plus le voir. On a pourtant appris à s’organiser et à ne pas se marcher dessus, mais c’est quand même mieux quand on est enfant ou qu’on mesure 1m60…

Sans parler des envies (besoins) nocturnes où il faut traverser un parking de 150m sous la pluie. D’ailleurs cela nous hante jusque dans nos rêves, on se réveille très souvent en se disant : « j’ai rêvé que je pouvais pas aller aux toilettes, c’était horrible ! » J J J

Mais assez de plaintes, c’est totalement inapproprié !

Et avec un spectacle pareil tout est très vite oublié !

Petite pause dejeuner sur la route : on a connu pire!

Christchurch : une ville qui peine à se relever …

En arrivant à Christchurch nous sommes étonné de voir que toute la ville est en construction, le séisme de 2011 à détruit la ville et ça se voit. Beaucoup de grues de centaines d’employées du bâtiment ce n’est pas ce dont on rêve pour notre dernière étape mais malgré tout nous sommes très touchés, comment ne pas l’être. Les stigmates du séisme sont très présentes, façades qui tiennent à peine debout, bâtiments historiques ravagés, habitations aux carreaux cassés bref on sent que la ville a du mal à se relever mais il y règne une ambiance particulière, fluctuat nec mergitur pourrait très bien être la devise de ce lieu.

En attendant d’être à nouveau sur pied, il y a plein de mini centre ville : la rue des bars, la rues de contenaires avec cafés et designers branchés et le mythique tramway aux airs de Porto.

Nous visitons le musée de Canterburry le seul à être ouvert, les 12 autres ne sont pas encore rouverts au public car trop dangereux en l’état. Puis passage par le jardin botanique, une bouffée d air au milieu des buildings en construction.

Ensuite direction le high level avec ses petits restaurants tous concentrés au même endroit, nous allons chez burger Brother : les meilleurs de la ville !

Le concept est très marrant ça nous plait, selon le burger choisi vous recevez un free hug (un calin), une marque de respect ou un compliment de la part des serveurs. Petit plus mais pas des moindres Nicolas ayant de la barbe nous recevons 1 $ de réduction + 1 autre car sa barbe a des reflets roux !!! 👌👌👌 j ai failli avoir une attaque quand la serveuse a dit ça, car non Nicolas n est pas roux mais bon pour 1 $ de réduc je veux bien fermer les yeux!

Dernière nuit dans notre camper Van, dernier camping, dernier couché de soleil…

 

CONCLUSION

Les kiwis sont sympathiques ouverts d’esprit et accueillants, même si la politique d’immigration est en discussion, les paysages somptueux et les routes extraordinaires. Entre Nord et Sud difficile de donner un vainqueur tellement ces deux îles sont différentes.

C’est avec une grande émotion que nous quittons notre Jucy van. Grâce à lui nous avons parcouru plus de 4800 km. Nous avons partagé des fous rires et aucune larme ! Nous avons changé à tue-tête les plus grands titres de la chanson française, et bien plus encore…il nous manquera c’est certain ! Une page se tourne, fini le lit minuscule et inconfortable, les nombreux: « oh p***** » ponctuant le nombre de fois où on s’est cognés, la peur de manquer de gaz à chaque fois qu’on cuisinait, et le froid à l’aube ! Bye bye le Jucy van et peut-être à bientôt…ou pas !

Publicités